La lutte antiradar sur Facebook, punie par les autorités

Quand le quotidien semble imposer un rythme que même les automobilistes ne parviennent pas à suivre, se faire flasher représente une véritable injustice pour nombre d’entre eux, en l’occurrence des Facebookiens. Les radars suscitent même des propos et actions haineux sur le réseau social de grande renommée. Une situation que la justice semble cependant maîtriser.

15 Facebookistes anti-radar déférés devant le parquet

antiradar facebookLutter contre les radars en avertissant les automobilistes de la position de la police, tel est le combat de certains utilisateurs de Facebook. Mais, pour les autorités judiciaires, un tel engagement, auquel tout utilisateur de la plateforme est invité, doit être impérativement arrêté et s’avère interdit depuis 2012. Et la justice ne tarde pas à agir en ce sens : 15 internautes activement impliqués dans le signalement des radars effectué via la plateforme ont été déférés devant le parquet, en l’occurrence le tribunal correctionnel de Rodez. Ces adeptes du réseau social appartiennent au groupe connu sous « Le groupe qui te dit où est la police en Aveyron ».

La cause défendue par le « groupe qui te dit où est la police en Aveyron » enfreint la loi

Les 15 partisans actifs de la lutte antiradar réputée sur le réseau social de Mark Zuckerberg sont en fait accusés d’enfreindre la loi. En effet, ces utilisateurs désobéissent à l’article R413-15 du code de la route, ayant pour essence de punir les avertisseurs de radars. Selon ce dernier, une telle sanction s’appliquerait à tous les produits qui préviennent de leur emplacement. Si les appareils et autres dispositifs sont alors certainement impliqués par l’article, l’affaire suscite alors une question importante : une page d’un réseau social est-elle officiellement concernée ?

Activistes anti-radar : attention à la peine encourue

Pour leur part, les activistes du groupe antiradar de Facebook qui pourraient se présenter devant la justice risquent alors la suspension de leur permis de conduire pour une durée de trois ans et une amende de 1500 euros. Au pire, quand leur permis n’est pas retiré, ils peuvent encourir une perte de 6 points.

La lutte antiradar sur Facebook, punie par les autorités
Article utile ? votez

Laisser un commentaire