Vos emails encore plus en danger à cause de l’API Gmail de Google

Face à l’envolée du piratage, la surveillance de masse et la violation des données personnelles sur le Web, Google, le roi de la toile ne semble pas près d’apporter sa contribution afin de renforcer la protection de la vie privée de ses utilisateurs. La firme annonce même la mise en place de son API Gmail, donnant libre cours aux agissements des éditeurs d’applications sur votre compte électronique.

Google : encore plus audacieux dans l’espionnage de vos emails

gmailLes utilisateurs sont désormais au courant des actions de surveillance ou d’espionnage de masse effectuées par Google par le biais de leurs emails en particulier. Cependant, la firme semble encore plus déterminée à développer sa position de domination sur le Web et à faire participer d’autres acteurs à son succès.

Elle annonce l’arrivée de son API Gmail, qui ni plus, ni moins, ouvre aux éditeurs d’application un accès libre à vos emails. En d’autres termes, ces derniers pourront faire tout ce qui leur plaît sur vos comptes électroniques, en plus d’ouvrir votre courrier et lire vos messages.

API Gmail : Google vous espionne de plus près, avec votre accord

Cependant, l’API pour Gmail proposé par Google ne saurait être efficace que sous réserve que la firme obtienne votre accord : si vous cliquez «j’accepte » (l’installation ou le lancement de l’application), les éditeurs en question effectueront toutes les opérations CRUD autorisées par Gmail.

Ainsi, ces développeurs pourront soit accéder à votre compte entier, même à vos messages supprimés, soit lire ou écrire, sans toutefois supprimer de manière permanente des fils ou des messages, soit lire toutes les ressources et métadonnées sans pouvoir écrire. Mais une quatrième action leur serait aussi autorisée : créer, lire, mettre à jour et envoyer des brouillons, ainsi qu’écrire des messages.

Espionnage de vos emails : les limites prescrites à Gmail par Google

Si l’API Gmail met davantage vos emails en danger, Google semble s’intéresser au respect des limitations qu’elle exige. Des limites qui néanmoins ne s’appliquent qu’à ses besoins personnels et impliquant 10 requêtes par seconde et par internaute. Le coût de telles opérations ne reste pas moins considérable : pour obtenir un message, un éditeur devra payer 50 unités.La limite (négociable) de paiement à respecter étant d’1 milliard d’unités par jour en moyenne.

Vos emails encore plus en danger à cause de l’API Gmail de Google
Article utile ? votez

Laisser un commentaire