Censure Internet croissante et contestée en Turquie : les utilisateurs se rebellent à travers le piratage

Les nouveaux changements envisagés par la loi de censure du Net en Turquie ne plaisent pas à tout le monde. Et pour cause ! La « censure sans juge », en particulier, n’est pas accueillie favorablement. De leur côté, les utilisateurs ont pris la décision de faire justice eux-mêmes en augmentant de la même manière leurs opérations de piratage. Un groupe de hackers sort d’ailleurs de l’ombre et fait connaître sa désapprobation : les RedHack.

Censure du Net en Turquie : les décisions qui contrarient les pirates

turquieLes hackers actifs en Turquie s’interposent au projet de la loi de censure du Net laquelle prévoit des modifications plutôt radicales. D’abord, la TIB – Haute instance des télécommunications du pays -détient désormais toutes les compétences pour obliger les fournisseurs d’accès à Internet à bloquer les sites Web qui nuisent à la vie privée des utilisateurs, notamment en diffusant des contenus discriminatoires et insultants. Une sanction qui s’applique également aux plateformes estimées inappropriées aux enfants ou portant atteinte à leur protection.

D’autres genres de sites ont déjà été touchés par la nouvelle censure turque, tels que les réseaux à caractère pédopornographiques, les plateformes à contenus obscènes ou encore les sites où des messages funestes comme les apologies du suicide circulent librement. Cependant, les décisions du pouvoir de Recep Tayyip Erdoğan sont remises en question : celui-ci semble étendre la censure en général à n’importe quel type de site Web. Pour quelles raisons ? Un soupçon en particulier alimente les interrogations : le gouvernement mené par le nouveau premier ministre turque envisage d’établir la charia dans tout le pays, ce qui obligerait la fermeture de tout site caractériel sur les réseaux accessibles sur le territoire.

Censure Internet massive en Turquie : les Redhack s’en prennent aux opérateurs turcs

Pour manifester leur mécontentement, un groupe de pirates, les Redhack, s’est principalement attaqué aux opérateurs sollicités pour exécuter les blocages sur le Web. Conséquences : l’historique des messages vocaux des abonnés d’un certain opérateur d’Istanbul a été piraté puis exposé au public.

Censure Internet croissante et contestée en Turquie : les utilisateurs se rebellent à travers le piratage
Article utile ? votez

Laisser un commentaire