Une rencontre entre François Hollande et Angela Merkel centrée sur l’Internet européen

Une rencontre s’est récemment tenue entre le Président français et la chancelière allemande. Au programme : le projet de création de l’Internet européen, ayant entre autres pour but de déménager les informations individuelles des citoyens européens des États-Unis vers l’Europe et de les traiter sur le continent.

La France et l’Allemagne main dans la main pour la création d’un Internet européen

Un Internet européen, un Internet continental, tel a été le sujet au cœur d’une rencontre récente entre François Hollande et Angela Merkel. Le projet est spécialement proposé par la chancelière allemande, qui inviterait donc le Président français à s’allier à elle afin d’établir précisément un réseau Internet centralisé. Pour ce faire, il s’agirait de créer un réseau davantage ou totalement séparé du réseau américain, afin que les autorités du pays de l’oncle Sam n’aient plus facilement la mainmise sur les données personnelles européennes. Néanmoins, le programme se base davantage sur des changements techniques plutôt que sur des modifications juridiques.

Par ailleurs, un sujet semble notamment souligné dans cette affaire: le Cloud. En effet, l’Internet européen obligerait les fournisseurs de plateforme de stockage en ligne à traiter les données européennes sur le Vieux Continent et ainsi déménager celles stockées notamment aux USA et en Asie.

Hollande et Merkel unis pour un Google européen ?

Le ministre du Redressement productif, en la personne d’Arnaud Montebourg, envisage par ailleurs de rendre officiellement Google illégal. Néanmoins, la création d’un Google européen pourrait ne pas être écartée du projet de création d’un Internet européen.

En passant, cet ensemble de mesures semble ravir la présidente du Brésil, également partante pour l’idée de nationaliser Internet dans son pays, étroitement lié à l’Europe.

Mais, si la mise en place d’Internet européen ravit plus d’un dirigeant européen, pour sa part, la vice-présidente de la Commission européenne apparente le programme à une guerre froide numérique. Quant à lui, Google est loin de céder sa place de Maître du Web et s’attire même davantage le soutien des autorités mondiales de la concurrence.

Une rencontre entre François Hollande et Angela Merkel centrée sur l’Internet européen
Article utile ? votez

Laisser un commentaire