Quand les islamistes s’attaquent à Twitter

La mort. Voilà ce qu’un groupe d’islamistes promettrait aux employés de Twitter. L’on pourrait alors se demander la raison d’une telle menace émise à l’encontre des travailleurs de l’un des plus grands réseaux sociaux du monde. La réponse n’est autre que la fermeture de comptes djihadistes sur le site du petit oiseau bleu.

Les loups solitaires reçoivent l’ordre de tuer les employés de Twitter

twitterPour les activistes en tout genre, les réseaux sociaux tels que Twitter constituent un moyen de propagande de prédilection, utilisé pour diffuser toutes sortes de messages, y compris les déclarations de guerre et les incitations à la révolte. Seulement, pour sa part le site du petit oiseau n’a pas supporté longtemps de servir d’outil de relai des messages dhijadistes, diffusés par l’EM ou Etat islamique. Il a en effet pris l’initiative de fermer de nombreux comptes y étant rattachés. Conséquence : ses employés doivent être mis à mort. C’est du moins l’ordre reçu des loups solitaires du monde entier, aussi désignés par les extrémistes islamistes par cellules dormantes de la mort, référant aux terroristes agissant seuls.

Généralement, ce genre de réaction de la part des sites de grande envergure qui ne tiennent qu’à mieux faire respecter les lois sur leur propre plateforme engendre notamment l’embarras des utilisateurs concernés. Mais, pour les groupes de djihadistes qui ne pouvaient plus accéder à leur compte sur Twitter, face à un tel blocage, les employés du réseau social mériteraient tout simplement une atteinte à leur intégrité physique. Pour ces extrémistes « le temps est venu de répondre à la direction de Twitter, en attaquant directement ses employés et en les assassinant physiquement. »

Les extrémistes islamistes donnent des conseils pour préserver les comptes djihadistes sur Twitter

La surprise agencée par Twitter n’a donc pas plu aux extrémistes islamistes concernés par l’affaire. En plus d’ordonner leurs acolytes djihadistes à travers le monde à se faire justice soi-même, ces derniers ont aussitôt envoyé également des tweets visant à préserver leurs comptes sur le réseau social. L’une des techniques ainsi prônée consiste à changer régulièrement de nom de compte et d’utilisateur, de mot de passe et d’avatar. De ce fait, depuis des mois, entre l’EM et la plateforme réputée, la guerre des blocages et des sites clones se répète indéfiniment.

Quand les islamistes s’attaquent à Twitter
Article utile ? votez

Laisser un commentaire