Les entreprises mondiales menacées par le kit espion russe dénommé Uroburos

Uroburos. Voilà un nom lequel désormais devrait être dans la liste noire des entreprises mondiales. En effet, il s’agirait d’un rootkit créé en Russie, pour espionner les grandes organisations du globe. Identifié par G Data, spécialisée dans les solutions antivirus, ce système malveillant s’impose comme une réelle menace de grande envergure.

Uroburos, le serpent qui veut dévorer les grandes entreprises

kit-espionLe rootkit du nom de Uroburos, menaçant les grandes organisations du monde doit son nom à un serpent de la mythologie grecque, connu pour se mordre la queue. S’il correspond à un type de malware déjà connu dans le monde d’Internet, il demeure une grande menace. Il est spécialement conçu pour assaillir le système de sécurité des grands réseaux et les espionner afin dedétenir tout pouvoir sur eux. De surcroît, en toute discrétion, il s’attaque à l’ensemble du système où il est infiltré. Selon G Data, il est composé de deux fichiers, dont le premier sert de pilote à travers n’importe quel terminal relié à un système d’exploitation de Microsoft, de 32 ou 64 bits. Le deuxième n’est autre qu’un fichier système crypté.

Kit espion Uroburos, hautement dangereux

Selon ses identificateurs, le rootkit espion Uroburos représente une menace puissante. Son signe distinctif : il est modulable à distance, quels que soient les objectifs de ses utilisateurs. Ainsi, il est comparé à un virus biologique, qui se transforme au gré des envies des pirates. Et si les simples usagers du Net ne semblent pas sa cible préférée, pour leur part, tous les gouvernements, institutions, associations et entreprises de grande influence mondiaux ne s’avèrent pas bien préparés face à cette menace.

Uroburos : développé par la Russie ?

Une autre caractéristique d’Uroburos est qu’il se duplique en attaquant tour à tour les terminaux de la machine où il s’est introduit. Cependant, G Data n’est pas parvenue à définir ses techniques d’infection. En raison de sa complexité, ce logiciel malveillant ne serait donc pas l’affaire de simples hackers : son coût laisse penser qu’il est financé par un Etat, en l’occurrence la Russie.

Les entreprises mondiales menacées par le kit espion russe dénommé Uroburos
Article utile ? votez

Laisser un commentaire