Loi antitrust : l’accord entre Google et l’Union européenne désapprouvé par les concurrents

Le projet d’accord antitrust entre l’UE et Google a été dévoilé. La filiale de Mountain View semble vouloir davantage profiter de sa domination sur le marché en ligne. Seulement, l’Initiative for a Competitive Online Marketplace ou ICOMP encaisse mal le message : les autres concurrents parmi les 1700 entreprises qu’elle regroupe n’ont pas été consultées avant l’établissement de ce projet supervisé par le Commissaire Manuel Almunia.

Les termes de l’accord antitrust entre Google et l’UE

loi antitrustGoogle s’impose comme la filiale dominante du marché en ligne parmi les moteurs de recherche. Et elle compte bien continuer à saisir les intérêts que sa situation supérieure lui offre. Le nouvel accord antitrust planifié avec l’Union européenne le laisse justement entendre. Celui-ci stipule que le groupe appartenant à Mountain View, tout en mettant en exergue ses services spécialisés dans les résultats de recherche, est appelé à promouvoir certains de ses concurrents. Une condition sine qua none y demeure néanmoins liée : la majeure partie d’entre eux devra payer un tel positionnement.

Projet d’accord antitrust : les concurrents de Google ignorés par le Commissaire de l’UE

Si l’annonce du projet d’accord entre l’UE et Google a sans doute renforcé les ambitions de ce dernier, pour leur part, ses rivaux ainsi que les parties prenantes ne paraissent pas se réjouir de la nouvelle. D’abord, leurs avis sur les futurs engagements du géant du Web s’avèrent dévalorisés : ils n’ont pas été consultés avant la mise en place de ce projet. Pourtant, ils restent sceptiques quant au respect ou à l’efficacité desdits engagements émis par Google. Ainsi, la patience du Commissaire Manuel Almunia, représentant l’UE dans cette affaire, est sollicitée : les concurrents de Google ont besoin de temps pour mieux évaluer les propositions avancées.

Le Commissaire Almunia radical dans sa décision

L’efficacité de certaines propositions émises lors de l’établissement de l’accord antitrust entre Google et l’Union européenne a été testée. Au vu des résultats négatifs alors obtenus, le Commissaire Almunia les a ignorées. Mais, celui-ci envisage bien d’appliquer le reste du contenu du projet, jugeant définitivement inutiles des études supplémentaires réalisées par les plaignants.

Loi antitrust : l’accord entre Google et l’Union européenne désapprouvé par les concurrents
Article utile ? votez

Laisser un commentaire