Piratage sur le Web : la NSA britannique contre-attaque avec des virus

Une méthode dangereuse pour nous tous, voilà ce à quoi la NSA britannique recourt pour contre-attaquer les piratages notamment commis par les hackers d’Anonymous.Il s’agit précisément de virus et de « honey traps », mis en place par le Join Threat Research Intelligence Group ou JTRIG.

CGHQ utiliser l’arme de ses ennemis pour les combattre

Les révélations qui font suite à l’affaire Snowden prennent une ampleur plus grande chaque jour. Et la cyber attaque qui secoue tout le Web est loin d’être calmée. Cette fois, c’est le groupe de hackers et à la fois activistes Anonymous qui se retrouve contre attaqué par le JTRIG ou Joint Threat Research Intelligence Group. Et celui-cine fait qu’appliquer les mêmes méthodes utilisées par les hacktivistes lors du piratage du GCHQ ou Government Communications Headquarters, allié de la NSA britannique. Des méthodes telles que des virus et des pièges à miel, plus connus sous honey traps infiltrées principalement dans les forums et employées notamment pour interrompre l’opération « Rolling Thunder » de ce groupe de pirates. Si les Anonymous sont définis comme les mauvais dans l’histoire, en particulier par les pouvoirs britanniques et américains, ceux-ci, afin de se protéger, prônent de combattre le mal par le mal.

Attaques en déni de service perpétrées par le JTRIG et la GCHQ : des actes condamnables

Les procédés de riposte utilisés par le JTRIG et la GCHQ contre Anonymous et associés à des attaques en déni de service s’avèrent pourtant condamnables. En effet pour avoir appliqué les mêmes opérations dans l’affaire WikiLeaks, deux membres du compère de la NSA britannique ont déjà été fortement punis.

Méthodes de contre piratage du service secret britannique contre Anonymous : dangereuses pour nous tous

Selon un cadre universitaire canadien, les méthodes de cyber contre-attaque exécutées par la GCHQ via le JTRIG sont répréhensibles en raison de leur dangerosité pour tout le monde. En effet, leur riposte a touché de nombreux autres utilisateurs lambda, non impliqués dans l’affaire. Une solution qui paraît donc inappropriée de la part du gouvernement concerné, qui sanctionne par la même occasion des concitoyens innocents.

Article utile ? votez

Laisser un commentaire