Le passeport talent : entrée facilitée des jeunes talents étrangers en France

Le gouvernement a récemment proclamé le projet de loi concernant le droit des étrangers dans l’Hexagone, qui évoque le « passeport talent » pouvant être octroyé aux développeurs ainsi qu’à tous les autres créatifs étrangers désireux d’exercer un métier au sein d’une grande entreprise ou d’une start-up implanté en France.

Le passeport talent

Début 2014, le président de la république François Hollande avait fait part de la conception d’un « passeport talent », offert aux jeunes diplômés talentueux, investisseurs, chercheurs ou mandataires sociaux. D’après les directives d’un rapport de Tariq Krim, relatif à la mise en valeur des compétences des développeurs français, Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat au numérique avait attesté que le visa pourrait être accordé aux programmeurs étrangers sollicités par les start-up de l’hexagone.

Il favoriserait l’immigration hautement qualifiée en France, sachant que les ingénieurs, Russes, Indiens ou Chinois sont nombreux à ne pas réussir actuellement à acquérir des visas pour les Etats-Unis, précise Tariq Krim dans son rapport.

Comment ça va fonctionner ?

Le Gouvernement a alors exposé en conseil des ministres l’ingénieux projet de loi concernant le droit des étrangers dans l’hexagone, se rapportant entre autres à la conception de ce passeport talent. Il indique qu’un visa ayant une durée maximum de 4 ans peut être octroyé, sans avoir besoin de justification d’un manque de talents, à un étranger pratiquant une activité professionnelle rémunérée et qui a reçu, au sein d’un institut d’enseignement supérieur agréé au niveau international, un diplôme qui équivaut au moins au titre de master ou qui est embauché au sein d’une start-up. Ce visa peut aussi être accordé à un étranger qui exerce un emploi hautement qualité, pour une durée d’un an ou plus, et détenant un diplôme reçu à l’issue de trois ans d’études supérieures ou d’une expérience professionnelle d’au minimum cinq années.

Le passeport talent pourra en outre simplifier la mise en place de start-up dans l’hexagone par des étrangers, étant donné que celui-ci pourra être obtenu à l’étranger justifiant d’un diplôme équivalent au titre de master ou d’une expérience professionnelle de cinq ans au minimum. Tout cela, conformément à des conditions définies par un décret.

Le passeport pourra aussi être octroyé à des investisseurs effectuant un investissement économique direct dans l’hexagone, d’une somme minimale de 500 000 euros.

 

Le passeport talent : entrée facilitée des jeunes talents étrangers en France
Article utile ? votez

Laisser un commentaire