La Russie entreprend de briser le réseau TOR

Depuis ces dernières années, l’utilisation d’internet n’est plus reconnue par les utilisateurs comme un réseau fiable préservant l’identité de chacun. Ainsi, du fait de la forte demande, plusieurs projets de réseau anonymisant ont émergés. Parmi eux, le réseau TOR connait un franc succès auprès du grand public si celui-ci était au départ une technologie réservée à l’armée américaine. Une technologie qui ne plait pourtant pas à certains Etats et qui a fait l’objet d’une étude approfondie.

La Russie fortement impliquée dans la recherche pour casser TOR

TOR connait un énorme succès auprès des internautes du monde entier et son utilisation ne connait aucune limite judiciaire. Pour sa part, le gouvernement Russe se montre très réticent à l’idée de voir ses compatriotes y faire appel.

En effet, le réseau TOR permet aux internautes de naviguer, de télécharger des données, d’outrepasser les censures et d’échapper à l’espionnage tout en préservant son identité. Un vrai petit bijou pour les utilisateurs.

En définitive, le gouvernement Russe n’est pas disposé à autoriser les internautes à s’en servir. L’état se dit même prêt à octroyer une somme de 83 000 euros aux spécialistes qui seraient capables de dévoiler l’identité des utilisateurs de TOR dans son pays. Ces derniers sont, en effet, de plus en plus nombreux. Le gouvernement souhaite connaître leurs actions.

En sachant que le nombre d’utilisateurs du réseau TOR est passé de 25 000 par jour en 2013 à 150 000 actuellement, le gouvernement Russe craint des échanges de masse entre les opposants mettant en péril la sécurité du pays.

La NSA en action pour lutter contre TOR

La Russie n’est pas le seul pays à vouloir découvrir les actions des internautes derrière le réseau TOR. La NSA ou l’agence de sécurité nationale américaine met également tout en œuvre dans le but de briser le réseau TOR. Si l’on en croit le rapport des spécialistes, cette entité ne sera pas en mesure de faire tomber directement le réseau mais le fera sans doute de façon ciblée en cherchant une voie alternative. Dans tous les cas, le but de découvrir l’identité des utilisateurs et se renseigner sur le contenu de leurs échanges.

La Russie entreprend de briser le réseau TOR
Article utile ? votez

Laisser un commentaire