Syndicats et associations : tous pour la protection des données personnelles

Face aux nombreux doutes qui surgissent après les diverses actualités portant sur la confidentialité des données personnelles sur Internet, une nouvelle entité voit le jour : l’Observatoire des libertés et du numérique.

Pourquoi l’Observatoire des libertés et du numérique ?

Depuis le début de la nouvelle année, le cyber espionnage nourrit les actualités. Pour cause, plusieurs accusations et grandes révélations, notamment sur les activités de la observatoire libertes numeriquesNSA sont continuellement diffusées en particulier sur la toile. Des opérations centrées sur une surveillance massive, utilisant entre autres la cyber écoute et pas uniquement sur le territoire américain, mais à un niveau mondial. En conséquence, les réactions et interrogations vont à la même allure, principalement au sujet de la vie privée et des libertés individuelles des citoyens. Pour mieux protéger ces derniers, l’Observatoire des libertés et du numérique voit le jour, soutenu par différentes associations et syndicats.

Les fondateurs de l’Observatoire des libertés et du numérique ou OLM

L’OLM, pour Observatoire des libertés et du numérique résulte de l’association de diverses entités : la LDH ou Ligue des Droits de l’Homme, la CECIL ou Centre d’Etudes citoyenneté-informatisation-libertés, le Creis-Terminal ou Centre de coordination pour la recherche et l’enseignement en informatique et société, puis la SAF ou Syndicat des avocats de France et le SM ou Syndicat de la magistrature. Selon le représentant de la LDH, l’un des premiers buts de l’OLM et ses associés est de se mobiliser afin de faire respecter et optimiser la protection des citoyens.

Les différences entre la CNIL et l’OLM

Les dirigeants de l’Observatoire des libertés et du numérique, dont la création a été annoncée le 28 janvier, soutiennent aussi l’idée que ce groupement n’a pas été mis en place en vue de substituer la CNIL. En effet, la Commission nationale de l’informatique et des libertés préserve son rôle de premier protecteur des données personnelles et de l’identité humaine, de la privée et des libertés dans le monde numérique. Pour sa part, l’OLM entend principalement réaliser une « veille technologique et législative » et inciter les citoyens à s’informer davantage sur leurs droits inhérents afin de les faire valoir lorsque cela s’avère nécessaire.

Syndicats et associations : tous pour la protection des données personnelles
Article utile ? votez

Laisser un commentaire