Web : la Turquie censure des sites sans recourir à la justice

Censurer des sites Web sans demander l’aval de la justice, cela est désormais permis en Turquie. Une mesure prise par son parlement, notamment à l’encontre des sites jugés malsains, spécialement pour les mineurs. Une décision que la capitale politique de l’Union Européenne pointe du doigt.

Censures du Web en Turquie : le pouvoir du nouveau ministre derrière leurs proliférations ?

Recep Tayyip ErdoğanAuparavant les censures du Web en Turquie étaient courantes, totalement régies par la loi et du ressort  de l’Etat. Mais, l’autorité accrue du pouvoir turc depuis l’arrivée du premier ministre Recep Tayyip Erdoğan a permis la modification de la loi relative à ces censures, dorénavant appliquées sans l’aval obligatoire de la justice, et  les multipliant.

En effet, inutile pour l’administration de questionner un juge avant de proscrire un site Web, à partir du moment où celui-ci présente un caractère malsain ou inadapté en particulier pour les utilisateurs mineurs. Parmi les sites maintes fois interdits et à nouveau autorisés pour finir par être définitivement interdits, Youtube.

Incompétence de la justice dans la censure des Web en Turquie : le pouvoir religieux autoritaire ?

Un autre facteur semblerait toutefois avoir accru les censures indépendantes de la justice en Turquie : la religion. En effet, tout site diffusant des idées politiques peut facilement être condamné, dans un pays comme la Turquie, où la religion domine. De plus, le gouvernement dirigé par Recep Tayyip Erdoğan s’avère soupçonné d’établir un projet secret d’islamisation de la Turquie. Ce qui ne ferait que réduire l’apparition ou l’utilisation des réseaux jugés caractériels dans le pays.

Bruxelles remet en question la modification des lois sur la censure des Web en Turquie

Pour Bruxelles en particulier, les censures des sites Web sans juge en Turquie témoignent de la dérive du pays, alors classé parmi les pays problématiques, comprenant la Corée du Sud et l’Australie. La Commission de l’Union Européenne se dit fortement préoccupée et définit les décisions de la Turquie comme une entrave à la liberté d’expression. Elle lui impose une rectification de ses lois inhérentes à la censure sur Internet, afin que celles-ci répondent aux normes européennes.

Web : la Turquie censure des sites sans recourir à la justice
Article utile ? votez

Laisser un commentaire